Un scientifique meurt après avoir été arrêté et tiré de son lit d’hôpital en Russie

Un scientifique meurt après avoir été arrêté et tiré de son lit d’hôpital en Russie
Twitter

Dmitri Kolker, 54 ans, est décédé samedi à l’aube dans un hôpital de Moscou où il avait été transféré depuis une prison de la capitale, indique un message des autorités publié par son fils, Maxime Kolker, sur le réseau social VKontakte.

Deux jours plus tôt, un tribunal de Novossibirsk, grande ville de Sibérie, avait indiqué que Dmitri Kolker avait été arrêté et placé en détention provisoire pour deux mois.

Selon cette source, il était accusé de «trahison d’Etat» et «d’espionnage» au profit d’un «Etat étranger», un crime passible de 20 ans de prison.

Sa famille affirme qu’il a été arrêté par des agents des services de sécurité (FSB) dans une clinique de Novossibirsk où il était soigné pour un cancer en phase terminale, puis transféré à Moscou, malgré son état de santé.

«Le FSB a tué mon père, ils savaient dans quel état il était, mais ils l’ont sorti de l’hôpital. Merci mon pays !!! Sa famille n’a même pas eu l’autorisation de lui dire au revoir», a écrit dimanche Maxime Kolker sur VKontakte.

Spécialiste des lasers, Dmitri Kolker, docteur en physique et mathématique, dirigeait un laboratoire sur les «technologiques quantiques et optiques», selon le site de l’Université d’Etat de Novossibirsk.

Selon son fils, il était soupçonné d’espionnage après avoir donné des cours lors d’une conférence internationale en Chine. Pendant cette conférence, toujours selon son fils, Dmitri Kolker était en permanence accompagné d’un agent du FSB pour éviter toute diffusion d’informations sensibles.

En Russie, des scientifiques sont régulièrement accusés d’espionnage et condamnés dans des affaires parfois très controversées.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde