Les «agents de prévention» bruxellois rebaptisés «conseillers santé»

Un public plus large.
Un public plus large. - Isopix

Les « agents de prévention » bruxellois, qui ont contacté par téléphone la population bruxelloise de plus de 65 ans isolée et bénéficiaire de l’intervention majorée (BIM) lors de la crise sanitaire, vont changer de nom pour s’appeler « conseillers santé », ont indiqué jeudi les mutualités dans un communiqué. Ces agents vont également voir leurs attributions évoluer pour pouvoir s’adresser à un public plus large.

Né d’un partenariat entre les différentes mutualités (chrétienne, neutre, libérale, libres et Solidaris) et la Commission communautaire commune de Bruxelles (Cocom), le projet des « agents de prévention » a permis entre mai et novembre 2021 d’aider plus de 12.000 personnes de plus de 65 ans, isolées et BIM. Elles ont été contactées proactivement par téléphone par une vingtaine d’agents qui ont pu leur apporter une certaine écoute et les aiguiller vers les aides appropriées.

Ces BIM sont des « personnes à bas revenus davantage exposées à un risque de pauvreté et aux besoins de santé souvent plus importants » pour lesquelles 72,3 % des contacts téléphoniques ont eu un réel impact sur la possibilité d’exprimer un sentiment de solitude, d’identifier un ou des problème(s) de santé, de réduire la barrière pour l’accès aux soins, ou encore de permettre de partager des informations et/ou de rediriger vers les services adéquats.

Désormais, les missions des agents vont évoluer et seront liées à la prévention en général, et à la promotion de la santé afin que les personnes reçoivent toutes les informations nécessaires pour prendre une décision. À la suite de ce changement d’attributions, les mutualités ont décidé de revoir l’appellation de leurs agents pour les rebaptiser en « conseillers de santé ».

« Précédemment, les missions des agents de prévention se concentraient essentiellement sur l’information relative à la vaccination et aux comportements à adopter face au Covid-19 ainsi que sur un soutien en termes de services aux personnes à besoins spécifiques. C’est pour mieux coller à ces nouvelles missions que leur appellation a été revue », affirme le communiqué.

Les « conseillers santé » continueront à appeler les affiliés des mutuelles, mais pourront, désormais, leur proposer une rencontre en face à face.

Ils se concentrent encore pour l’instant sur la population bruxelloise de 65 ans et plus, qui n’a plus eu de contact avec son médecin traitant depuis plus d’un an et/ou sur les personnes possédant le statut de malade chronique. Cependant, « par la suite, leurs actions seront orientées vers les familles monoparentales », conclut le communiqué.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES