L’Ommegang de retour sur la Grand’Place en tant que patrimoine de l’Unesco

L’Ommegang de retour sur la Grand’Place en tant que patrimoine de l’Unesco
Belga

Après deux ans de crise sanitaire, le spectacle de l’Ommegang a fait son grand retour mercredi soir, passé 21h00, sur la Grand-place de Bruxelles. L’occasion a enfin été donnée de célébrer sa reconnaissance comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), annoncée le 10 décembre 2019. Une seconde représentation aura lieu vendredi soir, à l’issue de laquelle le diplôme actant cet honneur sera officiellement remis à ses représentants.

Belga

«Grâce à l’Unesco, l’Ommegang ne nous appartient plus et appartient désormais à l’ensemble de la population bruxelloise, belge et à l’humanité», s’est réjoui le président de l’association Ommegang Brussels Events, Paul Le Grand. «Des Belges du nord et du sud du pays s’unissent pour retracer un moment de notre histoire, quelles que soient leurs origines familiales et sociales, leurs orientations professionnelles... Tout le monde se rejoint pour transmettre notre culture au monde. L’Unesco nous a ouvert à ce registre-là».

Belga

Le cortège formé sur la place Royale a cheminé dans le coeur de ville en passant par le parvis de l’église de Notre-Dame des Victoires au Sablon, où un concours de tir à l’arbalète a été organisé à compter de 19h00 pour déterminer celui des arbalétriers qui a pu entrer sur la Grand-Place avec la flèche d’or. Quelque 1.400 figurants, deux tribunes de plus de 2.000 places combles, des personnes encore assises au balcon de l’hôtel de ville ainsi que plusieurs centaines d’autres sur les terrasses alentours et debout derrière les barrières délimitant la scène se sont retrouvés pour deux heures de spectacle.

Belga

Aux côtés de la chanteuse Jo Lemaire pour la version néerlandophone et de l’humoriste flamand Bert Kruismans pour la traduction du récit en anglais, c’est l’acteur français François Berléand qui a endossé pour cette 90e édition le rôle du héraut francophone. Ils ont mis en mots la présentation en 1549 de Charles Quint et de son fils, l’infant Philippe, futur roi Philippe II. Le dessinateur de presse Nicolas Vadot a quant à lui croqué la cérémonie en direct.

Sur une mise en scène signée Giles Daoust, les traditionnels lanceurs de drapeaux ont ouvert les festivités. Ils ont été suivis par des danseurs qui ont vu des lumières commencer à s’allumer sous leurs pas avec la tombée de la nuit. Le son et lumière s’en est allé grandissant, tout comme le spectacle qui a mêlé des cavaliers, des échassiers ou encore des géants.

Le tonneau du char de la bière Ommegang est cette année apparu surplombé d’un nouveau géant des brasseurs, reproduit à partir d’anciens dessins. Quelques feux d’artifice et des jeux de lumière ont terminé en apothéose le spectacle.

Toutes les places avaient été vendues pour cette première représentation et il n’en reste qu’une cinquantaine pour celle de vendredi soir.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES