En 2021, l’Afsca a rappelé ou émis des avertissements pour près de 500 produits

En 2021, l’Afsca a rappelé ou émis des avertissements pour près de 500 produits

Près de la moitié des cas avait trait à un problème lié à la présence d’oxyde d’éthylène – un désinfectant gazeux dont l’utilisation est interdite en Europe.

« L’année 2021 a été synonyme pour l’Afsca d’un retour progressif vers un mode de fonctionnement pré Covid-19 », explique l’agence.

Au cours de l’année écoulée, 10.000 consommateurs ont ainsi contacté l’agence pour poser des questions sur la sécurité alimentaire ou pour signaler un problème avec un produit ou une entreprise alimentaire. « Cela représente en moyenne 19 questions et 16 plaintes par jour. Sur les 3.929 plaintes, 40 % d’entre elles étaient fondées », note l’instance.

En matière de contrôles, 114.486 missions ont été effectuées en 2021 (contre 104.729 en 2020), avec un taux de conformité élevé de 85,7 %. Au total, 68.848 échantillonnages ont été réalisés, soit une moyenne de 271 par jour ouvrable pour un taux de conformité de 97,5 %.

« Si un risque pour la sécurité alimentaire est décelé, l’Afsca peut prendre une série de mesures telles que l’émission d’un avertissement (16.849 en 2021), la rédaction d’un procès-verbal d’infraction (9.465 en 2021), la saisie des produits ou, dans des cas exceptionnels, l’imposition d’une fermeture temporaire (248 en 2021) », énumère l’agence. Cette dernière intervient aussi dans les aéroports, où 132.887 envois ont été contrôlés aux postes frontaliers.

L’année 2021 aura aussi été marquée par l’augmentation des contrôles en raison du départ du Royaume-Uni de l’Union européenne. Toutes les entreprises alimentaires britanniques doivent désormais se conformer aux mêmes règles d’importation que les entreprises d’autres pays tiers comme la Chine et les États-Unis, souligne l’Afsca. « À la frontière belge, pas moins de 6.250 contrôles de colis de marchandises britanniques ont été effectués en 2021. Les contrôles ont montré que 95 % des envois étaient conformes à la législation européenne. Le Brexit a aussi signifié une charge de travail supplémentaire pour l’exportation de marchandises vers le Royaume-Uni. »

En parallèle à tout cela, les potentielles conséquences sur la chaîne alimentaire de la découverte d’une contamination environnementale aux PFAS en Flandre ont aussi fait l’objet de toutes les attentions de l’Afsca au cours de l’année écoulée, de même retour du virus hautement pathogène de la grippe aviaire.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en CONSO