Footbelgate: la chambre des mises en accusation donne son feu vert pour Veljkovic

@Belga
@Belga - BELGA.

L’accord entre le parquet fédéral et l’agent de joueurs Dejan Veljkovic, premier (et seul jusqu’alors) justiciable belge à obtenir le statut de repenti, a été approuvé ce jeudi matin dans un arrêt de la chambre des mises en accusation d’Anvers. L’intéressé n’était pas présent à cette audience qui se tenait à huis clos et qui ne consistait qu’en le prononcé de la décision : celle-ci confirme donc qu’il écope, pour la grosse centaine de préventions retenues contre lui dans le dossier Footbelgate, d’une peine de cinq ans avec sursis accompagnée d’une amende de 80.000 euros avec sursis et de la confiscation des sommes obtenues illégalement, qui se chiffrent à environ 4 millions et qui ont déjà été en grande partie récupérées par la justice, notamment via la vente de sa villa de luxe à Schoten (périphérie cossue d’Anvers) l’an dernier.

Le « partenariat » entre la justice et le repenti

Le quinquagénaire serbe avait été intercepté en octobre 2018 lorsqu’une quarantaine de perquisitions avaient lancé le « footbelgate », après de longs mois de filatures et d’écoutes téléphoniques. Il avait recouvré la liberté 40 jours plus tard tout en promettant au ministère public de donner toutes les informations en sa possession sur les procédés illégaux adoptés dans le monde du football belge, ce qui avait donné lieu à ce qu’on appelle, dans la loi sur les repentis adoptée il y a trois ans et demi, un mémorandum officialisant ce « partenariat » entre la justice et le repenti. Il a été auditionné 27 fois et a livré énormément d’informations, notamment sur les bénéficiaires des systèmes mis en place, qui concernent une dizaine de clubs belges alors en première division ; un addendum a ensuite été réalisé pour compléter l’accord, notamment en ce qui concernait l’argent qu’il avait obtenu par le biais de ces activités illégales.

Condamnation définitive

Dejan Veljkovic est donc désormais définitivement condamné pour faux en écriture, corruption, blanchiment, et pour avoir été un dirigeant d’organisation criminelle, cela en lien avec une cinquantaine de transferts, une centaine de contrats et deux matchs dont le résultat aurait été faussé. Sa peine n’est pas appelée à changer en fonction du résultat du procès qui devrait être mis sur pied dans l’élan, car elle est définitive – le sursis qui lui a été octroyé sur la peine de prison et l’amende pourrait cependant tomber s’il venait à commettre d’autres infractions dans les prochaines années. Il reste à la disposition de la justice si, par exemple, des confrontations devaient être organisées, a précisé son conseil, Me Kris Luyckx.

Le ministère public est en train de finaliser le réquisitoire concernant les dizaines d’autres personnes impliquées – d’après nos informations, ce réquisitoire sera prêt tout prochainement. Sauf si elles décrochent un non-lieu ou une suspension du prononcé au moment du règlement de la procédure, ou si elles parviennent à obtenir une transaction avec le parquet, ces personnes (agents, dirigeants de clubs de foot, arbitres…) seront jugées devant la cour d’appel d’Anvers.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Anvers (prov. d'Anvers)Schoten (prov. d'Anvers)

Tout le foot amateur et chez les jeunes

Aussi en Division 1A