Maniet!Luxus lance son premier éco-corner à Woluwe-Saint-Pierre

Eco-corner.
Eco-corner. - Maniet

Aujourd’hui, elle a décidé d’innover en proposant dans son nouveau et unique «éco-corner», des articles sélectionnés en fonction de leur impact global sur l’environnement. Et pour rester transparent face à leurs clients, ils ont développé leur propre éco-score qui attribue une note à chaque produit présenté dans l’éco-corner.

L’éco-corner installé dans la boutique Chaussures Maniet à Stockel fait office de « shop in the shop », étendu dans un espace de 25m². Il a été pensé et imaginé par Allison Vanderplancke, CEO de Chaussures Maniet.

« Depuis toujours, l’écoresponsabilité fait partie de notre ADN. Depuis des années, nous avons entamé de nombreuses réflexions au sujet de notre impact environnemental et aux solutions que nous pouvons apporter. Un projet parmi d’autres : nous avons mis en place une opération avec nos clients grâce à laquelle nous avons déjà replanté 50.000 arbres pour compenser notre empreinte carbone. Aujourd’hui, nous sommes fiers de pouvoir concrétiser notre projet d’éco-lab, qui avait été mis entre parenthèses suite aux derniers évènements sanitaires. Il nous permettra d’obtenir des retours directs de nos clients afin d’optimiser et déployer à terme le concept dans nos autres magasins », explique Allison Vanderplancke.

Pur, aéré, il est essentiellement composé de matériaux recyclés, du mobilier jusqu’à l’affichette d’information apposée près de chaque produit. L’éco-corner s’inscrit dans la volonté de poursuivre l’innovation tout en apportant une valeur ajoutée et de l’authenticité.

Tout comme le Nutri-score dans le secteur alimentaire, l’éco-score a toute sa place dans le retail fashion et dans la chaussure. Pour analyser le cycle de vie d’un produit et évaluer l’impact environnemental global d’une paire de chaussures, Chaussures Maniet a mis au point une méthode de calcul objective et claire qui combine six différentes catégories, des critères, des cotations et une pondération d’éléments. Les six catégories sont la matière utilisée, l’emballage, le transport, le traitement de la matière, l’économie circulaire (réparabilité et recyclabilité de la chaussure) et social (respect des conditions de l’OIT). Chaque produit sera alors encodé et doté d’une cote puis un score est attribué à chacune des six catégories du produit. Mais pour plus de transparence et de justesse, l’enseigne a pondéré certaines catégories en fonction de leur importance. D’expérience et selon des études en la matière, 60 à 80% des émissions de CO² d’une chaussure proviennent de la matière utilisée. Il est donc normal que cette catégorie reçoive plus de poids dans le calcul final.

« Nous avons créé cet éco-score en partant d’une page blanche, ou presque, car nous nous sommes inspirés de l’écolabel européen créé en 2012 et nous l’avons enrichi d’informations qui nous paraissaient manquantes et essentielles, en collaborant avec une société spécialisée en stratégie carbone et environnementale. L’éco-score remplit, selon nous, son objectif principal : il informe le client et lui permet de comprendre son impact environnemental global. Il offre ainsi un niveau de choix supplémentaire au consommateur, après le prix, la marque, le look, choississez votre éco-score ! », ajoute Amandine Vanderplancke, Directrice des Achats de Chaussures Maniet.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Woluwe-Saint-Pierre (Bruxelles-Capitale)
Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES