A peine 15% des doses de vaccin promises aux pays pauvres ont été livrées

Des autorités inspectent des lots de vaccins reçus au Soudan via la plateforme Covax.
Des autorités inspectent des lots de vaccins reçus au Soudan via la plateforme Covax. - Isopix

Selon ce rapport, intitulé «Une dose de réalité», sur les 1,8 milliard de dons de vaccins anti-covid promis par les pays riches, seules 261 millions de doses, soit 14%, ont été livrées à ce jour, tandis que les laboratoires pharmaceutiques occidentaux n’ont livré que 12% des doses promises à Covax, l’initiative conçue pour aider les pays à revenu faible ou intermédiaire à avoir accès aux vaccins anti-covid.

Par pays, les États-Unis ont fourni le plus de doses, selon le rapport, atteignant jusqu’à présent 16% des doses qu’ils avaient promises aux pays pauvres. Le gouvernement britannique a livré à peine 10% et le Canada 8%. Quant à la Belgique, elle a livré 948.500 doses, soit 24% des 4 millions de doses auxquelles elle s’était engagée.

Dans le même temps, «l’UE en particulier s’obstine à s’opposer à la proposition de lever les brevets sur les vaccins et les technologies liées au Covid-19, portée par l’Inde, l’Afrique du Sud et plus de 100 pays au sein de l’OMC», déplore Oxfam. «Les principaux laboratoires pharmaceutiques, quant à eux, refusent de partager leur technologie avec l’Organisation mondiale de la santé pour permettre à ces pays de fabriquer leurs propres vaccins et sauver des vies», relève l’ONG.

«À l’heure où 99% des habitants des pays à revenu faible ne sont toujours pas vaccinés, il est temps d’accélérer la cadence. Les gouvernements doivent mettre un terme à l’omnipotence des laboratoires pharmaceutiques qui engrangent des profits astronomiques, et commencer à prendre des mesures concrètes qui sauveront des vies», estime Maaza Seyoum, de l’Alliance africaine et de la People’s Vaccine Alliance Africa.

Mercredi, Amnesty International, le CNCD-11.11.11, Médecins Sans Frontières, la Mutualité chrétienne, Solidaris et Test Achats avaient dressé le même constat, appelant les dirigeants européens, qui se réunissent jeudi et vendredi pour un sommet à Bruxelles, à lever d’urgence les droits de propriété intellectuelle sur les dispositifs médicaux en lien avec le Covid-19.

Cette idée rencontre une vive opposition de la part des géants pharmaceutiques, au nom notamment de leur effort financier dans la recherche et de la crainte que la levée des brevets ne finisse par nuire à la capacité d’innovation. Pour les acteurs du secteur, la priorité est d’optimiser les capacités existantes de production de vaccins par les gens qui savent les produire.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)
Notre sélection vidéo
Aussi en Monde