Simone Biles et d’autres gymnastes plaident pour le départ des dirigeants de l’USOPC

PhotoNews
PhotoNews

Larry Nassar, 58 ans, purge une peine de prison à vie après avoir été condamné à plusieurs lourdes sentences en 2017 et 2018 pour des agressions sexuelles sur plus de 250 gymnastes, la plupart mineures, commises au sein de la fédération de gymnastique, à l’université d’État du Michigan et dans un club de gymnastique à Lansing où il travaillait.

« Les actions du conseil d’administration de l’USOPC démontrent un manque de volonté de s’attaquer à ces problèmes d’abus récurrents », peut-on lire dans la lettre, selon le Wall Street Journal.

Le comité olympique américain a répondu en précisant qu’il avait déjà procédé à de nombreux changements ces dernières années. « Cette lettre souligne les préoccupations des victimes et nous estimons que c’est très courageux de leur part de continuer à lutter contre ces problèmes. Nous travaillons sans relâche pour lutter contre ces abus sexuels, et ce à tous les niveaux du monde sportif », a assuré l’USOPC.

Dans le sillage du scandale, l’ensemble des dirigeants de la fédération de gymnastique, y compris le président Steve Penny, avaient démissionné à la demande de l’USOPC.

Mi-septembre, Simone Biles et co. ont également violemment dénoncé l’inaction de la police fédérale pour empêcher les agressions sexuelles commises par l’ex-médecin. « Non seulement le FBI n’a pas fait d’enquête, mais quand (les agents fédéraux) ont finalement fait un rapport 17 mois plus tard, ils ont fait de fausses déclarations sur ce que j’avais dit », avait accusé McKayla Maroney, agressée quand elle avait 13 ans.

Aussi en Omnisports