Les partis flamands veulent réduire le salaire des députés absents de longue durée

Les partis flamands veulent réduire le salaire des députés absents de longue durée
Belga Image

Au Parlement flamand, la patience des députés est à bout. Suite à un scandale la concernant, la députée indépendante Sihame El Kaouakibi, qui n’a pris part à aucune activité depuis octobre de l’année dernière et qui, ces dernières semaines, a présenté un nouvel avis de maladie pour rester chez elle jusqu’à la fin de cette année. En conséquence, elle conserve un salaire net de 5 700 euros.

Une enquête de Het Laatste Nieuws révèle qu’il existe un consensus entre les partis politiques du Parlement flamand pour faire quelque chose à ce sujet. La question a été discutée lundi au sein du Bureau élargi. Il s’agit du conseil quotidien du Parlement, auquel participent tous les présidents de groupe, le président et les vice-présidents du Parlement.

La grande difficulté est d’ordre juridique. Un membre du Parlement est élu par les électeurs et n’est pas un employé du Parlement flamand. Par conséquent, le conseil du Parlement n’a pratiquement aucune autorité sur un député, comme un employeur sur un employé.

Il n’est donc pas facile d’imposer des sanctions qui affectent les salaires. Un avis demandé en juin sur la possibilité pour le Parlement d’envoyer un médecin de contrôle à El Kaouakibi est attendu la semaine prochaine.

L’une des propositions – soumise par Vooruit – consiste à mettre les parlementaires sur un pied d’égalité avec les salariés en termes de revenus en cas de maladie. Après trente jours d’absence, ils recevraient soixante pour cent de leur salaire, soit 3 600 euros nets, sans remboursement de frais.

Notre sélection vidéo
Aussi en Politique