Début du procès de l’artiste contemporain Jan Fabre pour harcèlement sexuel

Début du procès de l’artiste contemporain Jan Fabre pour harcèlement sexuel

En septembre 2018, dans la foulée du mouvement #metoo, une lettre ouverte rédigée par une vingtaine de collaborateurs et anciens collaborateurs de Troubleyn était publiée dans les médias et faisait état de comportements inadéquats de la part du célèbre artiste. Les signataires accusaient M. Fabre de harcèlements, intimidations, abus de pouvoir, manipulations psychologiques et transgressions sexuelles, ce qui avait mené plusieurs membres à quitter la compagnie et chercher un soutien psychologique.

L’auditorat du travail avait alors ouvert une enquête vu que la situation était liée au lieu de travail. M. Fabre avait affirmé, dans un communiqué, avoir été bouleversé par ces allégations et qu’il n’avait jamais eu l’intention de harceler ou d’offenser les gens sur le plan psychologique ou sexuel.

L’auditorat du travail a décidé en juin de soumettre l’affaire au tribunal correctionnel. Celle-ci sera instruite ce mardi et le calendrier de la procédure sera déterminé.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Anvers (prov. d'Anvers)
Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique