Pour la CGSLB, la hausse du prix de l’énergie menace le pouvoir d’achat et l’emploi

Pour la CGSLB, la hausse du prix de l’énergie menace le pouvoir d’achat et l’emploi
Isopix

Le syndicat libéral CGSLB redoute que la hausse du prix de l’électricité et du gaz touche au pouvoir d’achat et l’emploi. Il se pose de «sérieuses questions» sur les promesses faites par la ministre de l’Energie Tinne Vander Straeten (Groen) selon lesquelles il n’y aura notamment pas de conséquences financières négatives sur les factures des citoyens ni de conséquences sur l’approvisionnement en Belgique.

«Vu la forte hausse du prix du gaz qui va d’ailleurs continuer à augmenter, le discours ministériel n’est pas en prise avec la réalité. Le gouvernement va sans doute bloquer les prix, mais les fournisseurs devront licencier du personnel pour rester compétitifs tandis que le prix du gaz va sérieusement faire réfléchir les investisseurs», estime la CGSLB. «Tous les indicateurs actuels annoncent une catastrophe économique et sociale dont le coût est inacceptable pour les travailleurs du secteur, pour les entreprises en général et pour l’ensemble des citoyens belges.»

«Une révision du calendrier d’abandon progressif de l’énergie nucléaire permettrait une transition en douceur et réaliste. C’est ce que réclament également de nombreux experts internationaux. Les représentants CGSLB demandent que le gouvernement fasse la lumière sur les différents aspects de ce dossier afin de rassurer la population et les travailleurs», conclut le syndicat libéral.

Aussi en Belgique