Deux accusés répondent du meurtre de Luc Verheyen en 2009 à Grâce-Hollogne

Deux accusés répondent du meurtre de Luc Verheyen en 2009 à Grâce-Hollogne

Ahmed Freha et Fethi Rezzioui, deux Algériens âgés de 38 et 39 ans originaires du même village, sont accusés d’avoir commis un vol au préjudice de Luc Verheyen et d’avoir commis un meurtre pour faciliter ce vol ou en assurer l’impunité.

Tué de 5 coups de couteau

Luc Verheyen, un employé de la clinique de l’Espérance de Montegnée âgé de 45 ans, avait été découvert mort le 11 octobre 2009 à son domicile de Grâce-Hollogne. Cet homme avait été tué de cinq coups de couteau puissants portés dans la région du thorax et de l’abdomen.

Luc Verheyen avait rencontré les deux accusés dans un établissement fréquenté par des homosexuels la veille des faits. Il les avait invités chez lui et avait entretenu des relations sexuelles avec eux. C’est à l’issue de cette nuit qu’il aurait été tué par l’un des accusés. Les voisins avaient découvert le 11 octobre 2009 les traces d’un cambriolage et avaient averti la police, qui avait découvert le corps de la victime.

L’enquête avait connu une avancée grâce aux analyses des traces retrouvées sur les lieux des faits. Le premier accusé, Fethi Rezzioui, connu des autorités belges pour divers faits et pour l’utilisation de 14 alias, a toujours été en fuite. Il est suspecté d’être l’auteur des coups de couteau qui ont causé la mort de Luc Verheyen. Fethi Rezzioui sera jugé par défaut. Selon les informations détenues par la justice, il se sait recherché pour meurtre et vivrait dans le désert du Sahara.

Le second accusé, Ahmed Freha, identifié sur base d’empreintes digitales par Interpol suisse, avait été localisé en Allemagne et extradé vers la Belgique. Il est actuellement détenu sous le régime du bracelet électronique.

Ahmed Freha conteste sa participation aux faits. Il affirme qu’il s’est réveillé la nuit des faits en constatant que Fethi Rezzioui était porteur d’un couteau ensanglanté. Il dit avoir constaté la présence de traces de sang, sans avoir vu le corps de la victime. Il conteste également avoir participé à la revente des objets volés.

Début du procès ce jeudi

Ahmed Freha sera défendu par Me Renaud Molders-Pierre et Me Emeline Thône. L’avocat général Pascale Schils siégera au poste du ministère public. Les intérêts des parties civiles seront défendus par Me Olivier Vanden Eynde. Le procès dirigé par Hughes Marchal devrait durer cinq jours. Il débutera jeudi à 14h00 par la constitution du jury dans la salle de la cour d’assises de Liège. Les débats au fond auront lieu dès le lundi 6 septembre à 09h00.

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers liégeois