Dedryck Boyata sur son rôle chez les Diables: «Titulaire? Je ne revendique rien»

Boyata au duel avec Dzyuba.
Boyata au duel avec Dzyuba. - AFP

Titulaire surprise, Dedryck Boyata s’est rappelé aux bons souvenirs des Belges en mettant sous l’éteignoir Artem Dzuyba. Une prestation aussi propre que sereine comme il y a trois ans au Mondial. Boyata avait assuré l’interim en attendant que Kompany soit apte au combat. Aujourd’hui, c’est pour une place de titulaire aux dépens de Denayer et Vermaelen que Boyata tente de faire ses preuves.

Dedryck, quand avez-vous appris votre titularisation ?

Le seul moment de la confirmation, c’est durant le meeting avant la rencontre. Il n’y a pas de confirmation particulière avant.

Dzyuba est la seule raison de votre titularisation ?

C’est clair qu’il était l’atout de la Russie qui utilise beaucoup son profil avec des longs ballons. J’avais réussi ce test par le passé. Était-ce la seule raison ? Je ne crois pas. J’ai déjà démontré mes qualités par le passé et le coach avait déjà fait appel à moi dans d’autres circonstances.

Vous aviez déjà été titulaire au Mondial en attendant que Vincent Kompany soit apte à jouer. Cette année, c’est différent puisque vous luttez pour une place de titulaire avec Jason Denayer et Thomas Vermaelen. Vous revendiquez cette position dans le onze de base ?

Quand je viens en équipe nationale, je ne revendique rien. En 2018, j’ai pu remplacer Kompany et Vermaelen qui étaient blessés et je l’ai bien fait. Aujourd’hui, je suis plus expérimenté et capitaine dans mon club. Malgré une saison compliquée en raison d’une blessure, j’ai été repris.

Quel a été l’importance de Roberto Martinez dans votre évolution en équipe nationale ?

Il me donne beaucoup de confiance et cela m’aide à être zen. On entame nos matches de manière personnelle mais avec la confiance qu’il m’accorde, cela joue un grand rôle dans mes performances avec les Diables.

Jeudi, place au Danemark. Un match forcément particulier après les événements survenus samedi…

Oui. Mais il est difficile de dire dans quel sens cela aura un impact. On est à l’Euro, dans un grand tournoi et tout le monde rêve de jouer ce genre de match. Avec ce qui s’est passé, il peut y avoir deux issues : soit le Danemark est déstabilisé d’avoir perdu un tel joueur, soit cela renforce le collectif parce qu’ils auront envie de gagner pour Eriksen.

Foot amateur et chez les jeunes

Aussi en Diables rouges