Emilio Ferrera réagit à son arrivée à La Gantoise: «Comme si je venais à Disneyland»

Emilio Ferrera réagit à son arrivée à La Gantoise: «Comme si je venais à Disneyland»
Photo News

La nouvelle était dans l’air du temps et a été officialisée jeudi matin à… Gand : architecte de la montrée en D1A de Seraing, Emilio Ferrera ne poursuivra pas l’aventure avec les « Metallos » et ne les accompagnera donc pas à l’échelon supérieur malgré le fait qu’il lui restait un an de contrat. A 53 ans, le Schaerbeekois a préféré privilégier l’offre gantoise, plus complète et quelque part plus rassurante. Il y a signé pour deux ans en tant que ‘Head of Football Formation’ ce qui lui permettra d’œuvrer en tant qu’entraîneur de l’équipe Espoirs mais aussi comme coordinateur des équipes U16 aux U21. « Je n’aime pas trop parler d’un club pour lequel je ne suis plus employé mais la proposition de Gand est tombée à un bon moment et ne m’a pas trop fait réfléchir, expliquait Ferrera. Serais-je resté à Seraing si je n’avais pas signé ici ? Difficile à dire. Tout ce que je peux concéder, c’est que j’ai vécu une aventure fabuleuse avec Seraing, qui est passé très rapidement de la D1 amateurs à la D1A. Parfois, et certainement à mon âge, il faut pouvoir mettre ces émotions-là non pas de côté mais dans la balance pour voir ce qui est encore réalisable, faisable et, surtout, ce que je souhaite vraiment faire. Je ne cherche pas le strass et les paillettes, l’attention des médias ou les stades pleins. Je ne veux pas être dans l’émotion du moment en me disant « chouette, on monte, je vais rester ! » Ce que j’ai envie de faire, c’est précisément ce que me propose Gand, un club dont j’ai pu constater la spectaculaire évolution depuis mes débuts en tant qu’entraîneur en 1999. Ces 15 dernières années, ce club a grandi de manière incroyable, à tous les niveaux. Je le vois, je l’entends aussi de la bouche de mon frère Manu, avec qui je vais travailler pour la première fois. Je ne dis pas que venir ici était une évidence parce que je n’avais jamais, à mon grand regret, été contacté jusqu’ici mais ce club a un potentiel énorme. Vous avez vu ses infrastructures, ses jeunes, son équipe première ? C’est exceptionnel en Belgique. Je sens que je vais me régaler ici. C’est un peu comme si j’arrivais à Disneyland ! »

Il va travailler pour la première fois avec son frère

Assis à ses côtés, le manager des Buffalos, Michel Louwagie, s’amusait de cette référence enfantine, limite régressive. « Emilio Ferrera est un homme à poigne, qui a du vécu à revendre tant au niveau des équipes premières que des jeunes. Il a entraîné à Bruges, à Genk, à l’étranger, il s’est occupé de jeunes à Anderlecht ou a été adjoint au Standard. On est heureux et fier qu’il ait accepté notre proposition parce qu’au début, en sachant qu’il venait d’aider Seraing à atteindre la D1A, on ne pensait pas qu’un tel deal puisse être possible. Mais Manu nous a aiguillés vers lui, nous a dit que le coup était jouable. A l’époque, on avait été surpris aussi quand Michel Preud’homme avait accepté de venir chez nous après avoir fêté le titre avec le Standard en 2008. C’est la preuve qu’on reste un club attractif, qui a envie et les moyens de progresser. Et cela doit aussi passer par une meilleure formation des jeunes. »

Forcément, la question qui se pose est de savoir si la collaboration entre ces deux hommes ne risque pas d’être explosive. Homme de principes, Ferrera va rapidement vouloir imposer sa vision, faire des jeunes Buffalos des pros à part entière, qui bénéficieront des mêmes privilèges mais aussi des mêmes devoirs que leurs aînés. « Je suis aussi heureux de retrouver Vanhaezebrouck avec qui la collaboration avait été fructueuse à Anderlecht, notamment avec cette belle génération 99, poursuit Ferrera. Hein est un entraîneur qui n’hésite pas à lancer les jeunes qui le méritent dans le grand bain. Entre ce que je peux faire et ce que Hein ose faire, on peut espérer une belle osmose. En attendant, je suis impatient de commencer mon travail qui me permettra de rester sur le terrain tout en ayant une responsabilité d’encadrement pour certaines catégories d’âge. Manu, lui, a une manière de travailler différente de la mienne, que je qualifie de vision d’hélicoptère. Ensemble, on veut faire grandir le club. »

Pour être complet, on signalera aussi que le milieu de terrain Julien De Sart (ex Courtrai) a signé un contrat de trois ans en faveur des Buffalos.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Belgique

Foot amateur et chez les jeunes

Aussi en RFC Seraing